• Imprimer cette page
  • Inscrivez-vous à l'alerte mail
Warning : count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable dans customtheme_form_alter() (ligne 10 dans /srv/aegir/platforms/drupal-7/sites/projet-ceef.fr/themes/customtheme/template.php).

FAQ

1. Les objectifs du CEEF

1.1 Qu’est-ce que le Centre Européen d’Essais Ferroviaires ?

Le CEEF est un projet de centre d’essais consacré aux essais sur l’infrastructure ferroviaire conventionnelle et urbaine, réalisés par des gestionnaires d’infrastructures, des industriels et des acteurs de la recherche du développement et de la formation.

 

1.2 Que peut-on attendre du CEEF ?

Ce centre d’essais permettra de développer des programmes de recherche, de développement et de formation européens orientés sur l’innovation et la compétitivité des entreprises du secteur ferroviaire. 2 grands objectifs sont poursuivis :

  • offrir un équipement unique en France et en Europe, à la fois par ses capacités d’essais et sa situation dans un environnement de recherche, de développement et de formation,
  •  conserver et développer la filière ferroviaire régionale en favorisant des retombées économiques et sociales.

 

1.3 Qui porte le projet ?

Le CEEF est lié au projet global porté par I’Institut de Recherche Technologique RAILENIUM. Sous forme d’une Fondation de Coopération Scientifique, cet IRT interviendra dans la société gestionnaire et exploitante du CEEF. RFF, propriétaire et gestionnaire du réseau ferroviaire français, est maître d’ouvrage des études relatives aux infrastructures et bâtiments du CEEF et aux moyens d’essais.

 

1.4 Quelle est l’utilité de développer de tels programmes de recherche ?

De tels programmes doivent permettre le développement d’une offre française et européenne fondée sur la qualité et sur la maîtrise des coûts afin de faire face à la concurrence et de se positionner dans les premières places d’un marché mondial des infrastructures ferroviaires en pleine évolution. Rappelons que ce marché est évalué à 75 milliards d’euros annuels en moyenne sur la période 2011–2020 (source PRES).

 

1.5 Quel sera son statut ?

A ce stade, il est prévu que la société d’exploitation du CEEF prenne la forme d’une Société par Actions Simplifiées.

2. Les caractéristiques et les services apportés

2.1 Quand auront lieu les travaux ?

Les travaux de construction du CEEF sont prévus en 2016-2018.

 

2.2 Quels sont les délais de réalisation ?

La durée de réalisation est estimée à 3 ans environ, avec une mise en service progressive possible à partir de 2018.

 

2.3 Qui utilisera les services du CEEF ?

Ils seront ouverts à tous les acteurs européens du monde ferroviaire, aussi bien des constructeurs que des équipementiers (exemple d’industriels membres de Railenium : Alstom, Colas Rail, Egis Rail, Systra, SNCF, Thalès 3S, etc.).

 

2.4 Avez-vous des exemples concrets de tests qui sont envisagés ?

Parmi les tests possibles :

  • usure de chacun des composants de l’infrastructure ferroviaire,
  • observation de situation aux limites,
  • types de d’alimentation électrique par  caténaires,
  • essais sur remblais et pont-rails,
  • types de systèmes de signalisation ferroviaire européens.

 

2.5 Pendant combien de temps le train va-t-il tourner chaque jour ?

Le train va tourner 16h par jour à raison de 8 à 10 mois environ par an (ce qui correspond à 25 ans d’usure moyenne), de 6 heures à 22 heures.

3. La localisation du CEEF

3.1 Quelle est la zone d’étude du projet ?

8 communes sont directement concernées : Aulnoye-Aymeries, Bachant, Ecuélin, Leval, Limont-Fontaine, Monceau-Saint-Waast, Saint-Rémy-Chaussée et Saint-Rémy-du-Nord.

 

3.2 Pourquoi a-t-on choisi le secteur d’Aulnoye-Aymeries ?

L’objectif était de conforter une dynamique ferroviaire déjà existante. Ce territoire d’étude bénéficiait d’atouts considérables :

  • un territoire doté d’une infrastructure ferroviaire régionale historique et très active et voulant se redynamiser économiquement à travers ce projet,
  • la région Nord-Pas de Calais qui a largement priorisé le secteur ferroviaire,
  • la proximité du Valenciennois où sont présents des acteurs historiques du monde de la recherche et de l’industrie ferroviaire (i-Trans, Alstom, Bombardier, etc.),
  • les compétences ferroviaires issues des grands centres universitaires avoisinants.

3.3 Comment l'implantation du projet de CEEF dans la Sambre-Avesnois a-t-elle été décidée ?

Envisagé sous une forme différente, un projet a initialement été évoqué en 2006-2007. Les évolutions majeures entre cet ancien projet et l’actuel les distinguent toutefois nettement. Il s’agissait, à l’époque, de faire rouler à grande vitesse du matériel sur une boucle d’essais située à proximité de la ville de Le Quesnoy (59). Du fait de son envergure (plus de 25 km de longueur), le projet a reçu un accueil défavorable, ce qui a conduit à son abandon.

Fin 2009, sur la base d’un projet nettement reconfiguré (limité à 120 km/h et sur une longueur d’environ 7 km), les communes d’Aulnoye-Aymeries et de Bachant se sont portées candidates pour accueillir le projet d’anneau d’essais du CEEF. Cela constitue, pour elles, un vecteur de développement territorial.
En mai 2010, la maîtrise d’ouvrage des études préliminaires du projet est confiée à RFF. Elles ont conduit, par phases successives, à élaborer différents scenarii de tracés sur un territoire composé des communes de Bachant, Ecuélin, Monceau-Saint-Waast et Saint-Rémy-Chaussée.

3.4 Quels autres critères en termes d’aménagement du territoire ont favorisé ce choix ?

L’implantation du CEEF répond à la fois à une tradition ferroviaire du secteur de la Sambre-Avesnois et à une diversification vers le tertiaire supérieur dont a besoin l’arrondissement.

4. Les retombées économiques pour le territoire de la Sambre-Avesnois

4.1 A combien est estimée la création d’emplois rien que pour le CEEF ?

La création d’emplois est estimée à :

  • 320 emplois directs et 120 emplois indirects pendant les 2 ans de construction,
  • 25 emplois directs, 15 emplois indirects et 10 emplois induits à court terme en phase d’activité, pour le seul CEEF.

 

4.2 En quoi le CEEF sera-t-il profitable au territoire ?

Voici quelques éléments de réponses :

  • la construction du site du CEEF, en amont de son exploitation, créera des emplois directs et indirects,
  • une offre de formation pourra être développée par les établissements de Recherche et de Formation partenaires, à partir des besoins spécifiques du CEEF,
  • le CEEF assurera, en constituant un pôle d’attractivité, le maintien et le développement de la filière ferroviaire dans la Région Nord-Pas-de-Calais,
  • à terme, la région bénéficiera du rayonnement d’un leader de l’infrastructure ferroviaire européenne, l’IRT RAILENIUM.

5. Les enjeux urbains

5.1 Quels seront les impacts sur le réseau routier local ?

L’ensemble des fonctionnalités du réseau routier actuel sera maintenu :

  • le maintien des fonctionnalités de la RD 33,
  • la création d’ouvrages d’accès au centre de l’anneau,
  • la création d’un ouvrage de franchissement ou un passage à niveau sur l’avenue Maurice Thorez pour permettre la circulation routière indépendante et sécurisée vis-à-vis des circulations ferroviaires.

 

6. Les nuisances sonores

6.1 Quels types de mesures sont envisagés pour limiter les nuisances sonores ?

A ce stade des études, les protections acoustiques nécessaires comprendraient :

  • des protections extérieures :
  •  1000 mètres d’écrans amovibles
  •  1250 mètres de merlons
  •  3200 mètres d’écrans
  • des protections intérieures : 2900 mètres de merlons
  • des isolations de façades.

7. Les enjeux fonciers et agricoles

7.1 Quelle sera exactement la consommation d’espaces agricoles ?

Les surfaces occupées, tous les aménagements confondus, sont d’environ 72 ha pour le scénario β1.

Ce chiffre se décompose de la manière suivante :

 

Poste

Surface (ha)

Anneau ferroviaire

Anneau d'essais A120 (1)

18,6

Manège de fatigue (réserve foncière)

4,4

Raccordement

3,4

Tunnel de test

0,8

Batiments

0,1

Autres (Sous-Station, locaux techniques…)

0,1

Total : Anneau ferroviaire

27,4

Anneau urbain

Anneau d'essais

4,7

Raccordement

1,8

Batiments

0,1

Total : Anneau urbain

6,6

Protections acoustiques

Murs antibruit

0,8

Merlons

5,5

Total : Protections acoustiques

6,3

Rétablissement de voiries

Rétablissement RD 33

4,5

Rétablissement Rue de Malakoff

0,8

Total : Rétablisement de voiries

5,3

Aménagements paysagers

Boisement dense

13,6

Massif arbustif

8,0

Mise en impasse

2,1

Modelé paysager

0,5

Haie à valeur de masque visuel

1,2

Arbres isolés

1,2

Total : Aménagements paysagers

25,6

Total Général (ha)

71,2

 

Avec le scénario β1 : la répartition des communes se ferait de la manière suivante :

 

Répartition commune (en hectare)

 
 

Bachant

Ecuelin

St-Rémy-Chaussée

Montceau-St-Waast

Total

Scénario β1

36

14

19

3

72

La compensation écologique sera étudiée dans le cadre des études d’avant-projet.

8. L'intégration dans le paysage et le cadre de vie

8.1 Quels seront les impacts sur le paysage et le cadre de vie ?

Les remblais et les protections acoustiques (écrans anti-bruit, merlons) seront intégrés grâce à des aménagements paysagers. Le raccordement au réseau ferré exploité sur l’avenue Maurice Thorez et les modifications routières auront une incidence sur le cadre de vie local.

 

8.2 Quels types de mesures sont envisagés pour l’intégration environnementale ?

L’intégration environnementale sera assurée grâce à des solutions de modelés paysagers, des écrans végétaux (arbres, plantes grimpantes), etc.

9. La concertation

9.1 Concrètement, quels éléments du projet sont soumis à la concertation préalable ?

La concertation portera sur les scénarii de tracé envisagés, B et β1, et les conditions d’intégration du projet dans son environnement humain et physique.